Bassirou Diomaye Faye investi président du Sénégal
Afrique

Bassirou Diomaye Faye investi président du Sénégal

Bassirou Diomaye Faye

Bassirou Diomaye Faye démarre un nouveau chapitre dans l’histoire du Sénégal. Le président élu le 25 mars dernier a prêté serment devant la nation mardi. L’homme âgé de 44 ans remplace ainsi son prédécesseur Macky Sall. Il devient ainsi le 5e président de son pays depuis son accession à l’indépendance en 1960.

La cérémonie de serment a été marquée par la présence de plusieurs chefs d’États africains et diplomates. Dans un moment solennel et chargé de symbolisme, Bassirou Diomaye Faye a juré devant Dieu et la nation sénégalaise de remplir fidèlement les fonctions de président de la République, et de respecter scrupuleusement les dispositions de la Constitution et des lois.

« Devant Dieu et devant la Nation sénégalaise, je jure de remplir fidèlement la charge de président de la République du Sénégal, d’observer comme de faire observer scrupuleusement les dispositions de la Constitution et des lois », a-t-il déclaré.

Dans sa première déclaration publique en tant que président élu, M. Faye a tracé les grandes lignes de son mandat. Il a mis l’accent sur des priorités pour le peuple sénégalais.

Parmi celles-ci figurent la réduction du coût de la vie, la lutte contre la corruption, la promotion de la réconciliation nationale et la reconstruction des fondements d’une vie communautaire harmonieuse.

Le programme de Bassirou Diomaye Faye

Son programme ambitieux vise également à restaurer la souveraineté économique du Sénégal, qu’il estime avoir été compromise par des accords désavantageux conclus avec l’étranger.

Pour ce faire, Bassirou Diomaye Faye envisage de renégocier les contrats pétroliers et gaziers ainsi que les accords de pêche, de mettre fin à l’utilisation du franc CFA et de donner la priorité à l’investissement dans l’agriculture afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Cependant, la tâche qui attend le nouveau président ne sera pas facile. Il devra faire face à des défis politiques complexes, notamment la gestion d’une Assemblée nationale où il ne dispose pas d’une majorité. La Constitution du pays interdit toute dissolution du Parlement au cours des deux premières années de législature, mais des élections pourraient être organisées dès la mi-novembre pour résoudre cette impasse.

Dans les semaines à venir, Bassirou Diomaye Faye devra également former son premier gouvernement, une étape cruciale pour mettre en œuvre sa vision et concrétiser ses engagements envers le peuple sénégalais.

À travers ces premiers pas, Bassirou Diomaye Faye incarne l’espoir et les aspirations d’un peuple en quête de changement et de progrès.

Aller au contenu principal