ZLECAF: fin de formation des pays du FAFOA à Lomé
Economie

ZLECAF: fin de formation des pays du FAFOA à Lomé

FAFOA, ZLECAF

Les cadres des administrations fiscales des ministères du commerce et des finances des pays membres de la CEDEAO ont reçu de lundi à mercredi une formation à Lomé. Le Forum des Administrations Fiscales Ouest Africaines (FAFOA) l’a organisé en appui avec l’Office Togolais des Recettes. Les travaux ont porté sur les implications économiques de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF). Ceci permet aux acteurs d’aider les gouvernements à mobiliser beaucoup de recettes.

Les pays membres du FAFOA étaient présent à cette rencontre. Les accords trouvés au cours de travaux seront ratifiés et implémentés dans les législations nationales. L’activité permet aussi aux pays de revoir les relations qu’ils ont entre l’éducation des contribuables.

« Avec cette zone de libre-échanges nous allons aider nos gouvernements à mobiliser beaucoup de recettes. Nous sommes aujourd’hui dans un monde de technologie. Nous nous appelons tous à investir davantage dans la technologie parce que cela nous permet de procéder à la collecte des taxes via les canaux en ligne. Il y a surtout le contribuable que nous mettons au centre de nos activités. On ne peut pas parler d’administration fiscale ou douanière si celui-ci n’est pas au cœur de nos dispositions », a déclaré le Secrétaire Exécutif du FAFOA, Babatunde Oladapo.  

Au cours de ces 3 jours de formation, il a été question de partager les différentes expériences des pays participants notamment celle du Niger, du Togo, du Nigéria et de la Gambie. Les expériences vont dans le sens de la mise en œuvre de l’accord de la ZLECAF.

« Le Niger par exemple a commencé par mettre en place des structures de réglementation pour la mise en œuvre de cet accord. C’est une bonne expérience qu’il faudra capitaliser dans notre pays », a martelé Géraud Fagbemi, Juriste, agent des impôts du Bénin.

L’engagement de l’OTR

Selon les cadres de l’OTR, il était important de s’engager aux côtés du forum pour l’organisation de cette formation parce qu’il y a conviction que sans une attestation particulière portée sur le renforcement de capacité des ressources humaines, les administrations fiscales ne sauront être efficaces et efficientes. L’office croit que le sujet fondamental de cette formation détermine l’avenir du système fiscal du Togo.

« Cette formation nous a permis d’approfondir une meilleure connaissance au niveau de la ZLECAF sur l’accord du libre-échange. Nous avons mené plusieurs discussions et relayé les informations que nous avons recueillie sur le terrain. Ce qui nous a permis de nous doter des stratégies permettant d’accroitre nos recettes et éviter de palier aux pertes au niveau de chaque pays. Cela va nous permettre d’augmenter la productivité nationale », a exprimé Emefa Adjo Grant-Somborn, inspecteur des impôts/Togo.  

Aller au contenu principal