Le Togo parmi les 11 pays africains à la croissance économique la plus forte en 2024
Finance

Le Togo parmi les 11 pays africains à la croissance économique la plus forte en 2024

Togo

Le Togo est annoncé parmi les 11 nations africaines qui devraient afficher les taux de croissance économique les plus robustes en 2024. L’information est contenue dans un rapport récent du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) intitulé « Performances et perspectives macroéconomiques de l’Afrique ».

Le pays est prévu connaître une croissance économique de 6%. Il se positionne à la 10e place dans ce classement, devant l’Ouganda (6%).

Le Togo et les 10 autres pays

Parmi les autres pays africains figurant dans ce classement, on retrouve le Niger (11,2%), le Sénégal (8,2%), la Libye (7,9%), le Rwanda (7,2%), la Côte d’Ivoire (6,8%), l’Éthiopie (6,7%), le Bénin (6,4%), Djibouti (6,2%), et la Tanzanie (6,1%).

Selon la BAD, la présence de ces 11 pays sur 20 au sein de ce classement indique que « l’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie ».

La Banque africaine de développement prévoit que la croissance économique de ces pays sera stimulée par divers facteurs. Notamment l’augmentation de la production agricole, l’expansion du secteur des services, et les réformes visant à encourager la participation du secteur privé dans des secteurs tels que l’énergie et l’exploitation minière.

La BAD souligne que l’amélioration des perspectives de croissance pour 2024 est le résultat des efforts concertés des décideurs politiques africains, en particulier des 11 pays mentionnés, pour mettre en œuvre des stratégies de diversification économique axées sur l’augmentation des investissements dans des secteurs clés de croissance.

Cependant, le rapport « Performances et perspectives macroéconomiques de l’Afrique » (MEO) appelle à un optimisme mesuré, compte tenu des défis posés par les risques mondiaux et régionaux tels que la montée des tensions géopolitiques, l’augmentation des conflits régionaux, et l’instabilité politique, qui pourraient perturber les flux commerciaux et d’investissement, ainsi que maintenir les pressions inflationnistes.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal