Togo/Un champ de riz pour la paix : l’initiative communautaire à Djagori
Agriculture

Togo/Un champ de riz pour la paix : l’initiative communautaire à Djagori

Champ

Le village de Djagori, situé au cœur de la région des Savanes, a connu une métamorphose exceptionnelle grâce à l’union de 3 groupes d’épargne, à savoir Bouka-Tikpa, Tanalafiè et Chechessou-Tikpa. Ensemble, ils ont donné naissance au « Champ de la Cohésion », un projet rizicole communautaire établi dans une Zone d’Aménagement Agricole Planifiée (ZAAP). Cette entreprise audacieuse, catalysée par la détermination des membres et soutenue par l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), vise à instaurer la paix et la cohésion sociale au sein de la communauté.

Djagori a traversé des périodes tumultueuses où la paix et l’harmonie sociale semblaient hors de portée. Pour restaurer cette unité, l’initiative a mis l’accent sur l’activité agricole, ralliant les membres autour du « Champ de la Cohésion ».

« Étant donné que nous sommes issus d’un même village dont l’activité principale est l’agriculture, il y a peu de prêts. Nous en prenons rarement, sauf en saison pluvieuse pour les investissements agricoles, que nous remboursons à la récolte avec des intérêts », a fait savoir Sandrine N’barma, membre du groupe Chechessou-Tikpa.

Un champ de riz pour la paix

L’objectif ultime de cette initiative est de dynamiser les groupements et de former des entités solides. Les 75 membres de Djagori investissent leur temps pour maximiser le rendement sur les 3 hectares du champ de riz, situé dans l’Agropool légué par l’État. L’accompagnement technique fourni par l’ICAT joue un rôle crucial dans cette démarche.

Les avantages de cette approche sont rapidement apparus aux membres.

« C’est grâce au groupe que nous finançons ce champ depuis 3 ans. Aucun des trois groupes n’y croyait au début, mais avec plus d’explications, nous avons compris que fructifier ce que nous avons était dans notre intérêt », a exprimé Koko Nadouni, présidente du groupe Tanalafiè.

Les groupements d’épargne et de crédit ont été initiés en 2009 à travers le Projet de Soutien aux Activités Économiques des Groupements (PSAEG). Ils sont encouragés par l’ANADEB au sein des communautés. À ce jour, la région des Savanes compte 145 groupements d’épargne, réunissant 3 886 membres, dont 3 595 femmes. Ensemble, ils ont mobilisé un total de 95 887 235 francs CFA, avec 83 573 075 francs CFA de prêts en cours. Cette réussite atteste de l’impact positif des initiatives communautaires soutenues par l’ANADEB, non seulement sur l’économie locale, mais aussi sur la cohésion sociale au sein des communautés.

Aller au contenu principal