Le Togo suspend la redevance statistique pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger
Economie

Le Togo suspend la redevance statistique pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger

Togo

Le Togo a pris une décision qui bénéficie à sa propre économie et aussi à celle de ses voisins enclavés, le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Depuis le 19 février dernier, l’Office Togolais des Recettes (OTR) a suspendu la redevance statistique pour les marchandises en transit à destination de ces 3 pays membres de l’Alliance des Etats du Sahel (AES). C’est un geste de solidarité régionale et de renforcement des échanges économiques.

La suspension de cette redevance concerne spécifiquement les marchandises qui arrivent par voie maritime au Port de Lomé, et qui sont déclarées en transit vers le Burkina Faso, le Mali ou le Niger.

« Cette redevance, initialement fixée à 2 % puis ramenée à 1 % dans le cadre du tarif extérieur commun de la CEDEAO, est un prélèvement sur les importations et exportations destiné à financer les activités statistiques du pays, telles que la collecte, le traitement et la diffusion des données économiques et commerciales », a expliqué l’OTR.

La décision du Togo soulage

Pour ces pays enclavés, cette suspension constitue une bouffée d’oxygène économique.

En effet, la redevance statistique était provisoirement suspendue depuis 1975 pour les pays sans littoral comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Cette mesure visait à encourager les opérateurs économiques à débarquer leurs marchandises dans les ports togolais et à suivre le corridor commercial reliant Lomé à Ouagadougou, Niamey et Bamako, favorisant ainsi le développement des infrastructures portuaires et routières du Togo.

La décision du Togo est d’autant plus stratégique dans le contexte actuel de la région. Avec la fermeture de la frontière entre le Bénin et le Niger, les marchandises à destination du Niger sont désormais contraintes de passer par Ouagadougou, bénéficiant ainsi naturellement de la suspension de la redevance.

De même, pour contourner la menace djihadiste dans la région nord-ouest du Bénin, les marchandises à destination du Burkina Faso en provenance du Port de Cotonou empruntent désormais le corridor sécurisé via le Togo.  

Cette décision stratégique de Lomé illustre sa vision à long terme pour le développement économique régional.

En encourageant les opérateurs économiques du Burkina Faso, du Mali et du Niger à acheminer directement leurs marchandises au Port de Lomé, le Togo renforce son positionnement en tant que hub logistique régional et stimule les échanges commerciaux au sein de l’Alliance des États du Sahel.

En cela, Togo engrange davantage de ressources financières tout en favorisant une intégration économique plus étroite entre les pays membres de l’Alliance. Ceci contribue à la prospérité et à la stabilité de toute la région sahélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal